Articles & Publications Tous les Articles

Valorisation de la culture pygmée en RCA et au Congo

Auteur : Publié le : 09 Jul 2014




Brazzaville, Congo, AngolaPress, 23 décembre 2004 - Le gouvernement congolais et l´Organisation des Nations Unies pour l´Education, la Science et la Culture (UNESCO) viennent de signer à Brazzaville, un accord en vue de sauvegarder et de promouvoir les traditions orales des pygmées Aka de la République Centrafricaine (RCA) et du Congo.
Cette richesse culturelle est considérée comme un chef-d´oeuvre du patrimoine oral et immatériel de l´humanité, a annoncé ce jeudi une source proche du ministàre congolais de la Culture, des Arts et du Tourisme.
L´accord signé par le ministre de la Culture du Congo, Jean- Claude Gakosso et la représentante de l´UNESCO, Mme Robertine Roanimahary, a pour objectif de garantir une meilleure protection des traditions orales des Pygmées Aka, par la recherche, la documentation, la préservation, la mise en valeur et la promotion de ce patrimoine culturel exceptionnel.
L´accord prévoit aussi la collecte de données, à savoir des textes, images et des sons, afin d´établir des banques de données typologiques et anthropologiques sur la polyphonie, la musique et les danses des pygmées Aka et l´édification d´un centre de référence pour l´étude, la protection, la promotion et la diffusion des traditions orales de cette population.

Selon le texte, les communautés des pygmées Aka de RCA et du Congo, vont être formées et impliquées entiàrement dans toutes les activités de ce plan d´action, tandis que l´opinion nationale et internationale sera sensibilisée par la diffusion des résultats de la recherche.
La valorisation des aspects artistiques et événementiels de cette culture est envisagée avec l´organisant de manifestations culturelles, notamment le festival sous-régional des danses et de la musique des pygmées.

Durant la période d´exécution de ce projet dont le budget est estimé à 200.348 dollars, y compris 13% de dépenses d´appui au programme, l´UNESCO qui fournira le matériel et les autres services de soutien technique et administratif, mettra au point des arrangements contractuels concernant l´exécution et le contrôle dudit projet.
Le directeur général de l´UNESCO est autorisé par la conférence générale, à recevoir des fonds des donateurs pour exécuter des activités conformes aux buts, principes et actions liées à ce projet.

En vertu d´un accord conclu avec l´UNESCO, le gouvernement japonais mettra à la disposition de cet organisme des Nations Unies, des fonds prélevés sur le fonds de dépôt UNESCO/Japon pour la préservation et la promotion du patrimoine culturel immatériel afin de permettre au Congo d´exécuter ce projet.
Le gouvernement congolais désignera pour sa part, un agent de liaison national qui sera chargé, en collaboration avec l´UNESCO, de superviser et de coordonner le projet au niveau national.
Il va également s´assurer que le contrôle et l´évaluation périodiques sont effectués conformément au plan de travail, tout en mettant au profit de ce projet, des moyens appropriés. Histoire Centrafrique de sangonet.